flag FR – €
Bijoux Chevalieres

Chevalieres Bagues

Voir les 267 chevalieres
La chevalière est la bague homme par excellence, nourrie par une longue tradition. Jadis symbole de pouvoir, elle s’est totalement démocratisée jusqu’à devenir un véritable accessoire de mode. Mais pour beaucoup, la chevalière reste un bijou précieux, empreint de symbolisme.
Voir les 267 chevalieres

Chevalières pour femmes

Les chevalières pour femmes sont elles aussi devenues des bijoux tendance, qui se portent généralement à l’auriculaire droit – pas de concurrence avec les alliances et bagues de fiançailles ! En or ou en argent, gravées ou/et ornées de pierres précieuses et semi-précieuses, plus ou moins larges, elles témoignent dans tous les cas d’un look (et d’une personnalité) bien affirmé.
Chevalières pour femmes

Le prix d’une chevalière

Or, argent, titane ou acier inoxydable, le prix d’une chevalière dépend évidemment, en premier lieu, du métal utilisé, mais aussi de son poids. Le design entre en ligne de compte : une fabrication manuelle dans un bloc d’or massif sera logiquement plus onéreuse qu’une fabrication assistée par ordinateur, et il en va de même pour la gravure. Les pierres, enfin, participent au prix. 
Le prix d’une chevalière

Trier par nouveauté

Trier

Bagues
267 résultats
Page suivante
Page
sur 6
AUTHENTICITÉ certifiée

AUTHENTICITÉ certifiée

Livraison sécurisée

Livraison sécurisée

Retrait en boutique

Retrait en boutique

alert
Vous ne trouvez pas l'offre idéale ?

A propos de Chevalieres

Une longue histoire de la chevalière


S’il est une bague qui se nourrit d’une longue histoire, c’est bien la chevalière pour hommes. Caractérisée par son large chaton, elle trouve en effet son origine dans l’Egypte antique : jadis, sa partie supérieure accueillait le sceau de son propriétaire, également appelé « sigillum ». D’où l’autre nom de la chevalière, l’anneau sigillaire. Longtemps symbole de puissance, de noblesse et d’aristocratie, portée à l’annulaire gauche par le chef de famille, la chevalière s’est logiquement démocratisée, bien que restant une bague très masculine. Elle est aussi un bijou de transmission, bien que cette tradition soit moins ancienne. Au Moyen-Age par exemple, il était de coutume de détruire la chevalière au moment du décès de son porteur, et ce malgré sa préciosité puisque la bague était déjà fabriquée en or. Un temps tombée en désuétude, la chevalière a connu une deuxième jeunesse au XVIIe siècle, période à laquelle elle est devenue un véritable bijou identitaire, arborant le blason de la famille. Cette période a donc vu la naissance de la chevalière héraldique, telle qu’on la connaît encore aujourd’hui dans les familles aristocrates. Le motif est alors apparu en relief alors qu’il était jusqu’alors travaillé en creux (pour se remplir de cire chaude). La chevalière a ensuite évolué au XIXe siècle, période à laquelle elle est devenue bijou à part entière. La bague du gentleman, en or ou en argent, s’est alors ornée de diamants, de rubis et d’autres pierres semi-précieuses, voire même d’émail. C’est donc à cette époque qu’est née la chevalière d’aujourd’hui, avec ses nombreuses évolutions : utilisation de l’acier inoxydable en lieu et place de l’or ou de l’argent, formes plus originales, ornements modernes…

La chevalière reste toujours la bague d’une vie, avec ses codes


Aujourd’hui, la chevalière est bien souvent un « simple » accessoire de mode, comme une déclaration de style. N’oublions pas, cependant, qu’elle est aussi un bijou d’appartenance, à une famille, à une organisation ou à un groupe. De même, le port d’une chevalière conserve ses propres codes, au même titre qu’une alliance ou une bague de fiançailles. Pour les hommes, mais également pour les femmes, la chevalière se porte traditionnellement à l’auriculaire gauche. Mais tout dépend aussi des pays, les Suisses par exemple arborant la bague à l’annulaire gauche, voire, plus rarement à l’auriculaire… droit. Une chose est sûre, la chevalière reste un bijou élégant et intemporel qui exige la qualité et la robustesse. L’or 18 carats demeure le métal de prédilection de la chevalière, d’autant qu’il peut être décliné en or blanc, or jaune ou même or rose – plus rare chez ses messieurs, mais plus original. La symbolique est toujours omniprésente. Une femme par exemple offre une chevalière à un homme par signe d’engagement. Si l’on excepte les effets de mode, la chevalière en cadeau n’est quoi qu’il en soit jamais un acte anodin. Elle peut célébrer l’amour, on l’a dit, tout autant que la remise d’un diplôme, un anniversaire ou un autre événement marquant. À choisir évidemment en fonction de la morphologie, du style et de la personnalité de son bénéficiaire !