flag FR – €
Montres Iconiques Montres Iconiques

Montres Iconiques

Voir les 928 montres iconiques
Une montre iconique ne s’est pas contentée de révolutionner l’horlogerie sur un plan technique ou graphique. Elle raconte une histoire, elle accompagne des aventuriers dans leurs exploits, elle a une âme.
Voir les 928 montres iconiques

Montres iconiques pour femmes

Des montres pour femmes sont également considérées comme légendaires. Plus joaillières que techniques, ont peut citer des modèles comme la montre Panthère de Cartier, au célèbre remontoir saphir octogonal, la Première de Chanel, dont le boîtier évoque la place Vendôme et le bracelet en or les maillons des sacs, ou bien encore la Serpenti de Bulgari. 
Montres iconiques pour femmes

Et si Mickey…

La conception de montres iconiques tient en partie à leur designer, surtout lorsque l’on s’appelle Gérald Genta. L’horloger visionnaire a signé des créations légendaires, dont la Royal Oak d’Audemars Piguet et la Nautilus de Patek Philippe. Dans les années 1980, il surprend tout le monde avec la ligne Genta Fantaisy et sa série de montres Mickey. 
Et si Mickey…

Trier par nouveauté

Trier

928 résultats
Page suivante
Page
sur 20
AUTHENTICITÉ certifiée

AUTHENTICITÉ certifiée

Garantie 2 ans minimum

Garantie 2 ans minimum

Retrait en boutique

Retrait en boutique

alert
Vous ne trouvez pas l'offre idéale ?

A propos de Montres Iconiques

Une montre iconique, une histoire, une révolution


Comment définir une montre iconique ? Bien au-delà de sa rareté ou de son design, un tel garde-temps est d’abord une montre qui a révolutionné son époque, par son mouvement ou/et ses complications. C’est également – et peut-être surtout – une montre qui a une véritable histoire et une longévité. Ainsi lorsque Cartier imagine la Santos en 1904, c’est à la demande d’un pionnier de l’aviation. Le Brésilien Albert Santos-Dumont ne veut plus de ces montres gousset que les pilotes doivent sortir de leur poche tout en restant aux commandes de leur engin. Il peut faire confiance à son ami Louis Cartier. Le joaillier visionnaire qui invente, en collaboration avec le fabriquant de mouvements Edmond Jaeger – fondateur de la Maison Jaeger-Lecoultre –, la première montre-bracelet pour hommes. Depuis, la Cartier Santos n’a eu de cesse d’évoluer, dans son design et ses complications, redessinée en 1978 dans un style Art déco et avec une alliance acier/or inédite, puis en 2018 où le boîtier se fait plus fin, le calibre maison plus moderne. La Santos est reconnue comme celle qui « a fait basculer l’horlogerie dans l’ère moderne ». Sa longévité (plus de 115 ans !) est exceptionnelle et cette montre née de deux passions a véritablement une âme. Elle incarne donc parfaitement le concept de montre iconique.

Des montres, des aventuriers et des hommes


Les montres de légende naissent donc d’une rencontre, entre des hommes et entre des univers. Au début des années 1950, l’armée française se reconstruit, et une unité d’élite de nageurs de combat est créé. A sa tête, Robert Maloubier est bien conscient que ses plongeurs ont besoin d’équipements de pointe, et en particulier de montres de plongée efficaces. Une première montre a déjà été inventée par Omega (la Mariner) sans atteindre l’étanchéité attendue, Panerai a bien déjà mis en point les aiguilles et index luminescent, mais c’est une petite Maison suisse qui se lance dans l’aventure, Blancpain. Le PDG Jean-Jacques Fiechter est lui-même un grand amateur de plongée sous-marine de loisirs. Il comprend aisément l’importance d’une montre étanche et lisible dans l’obscurité (cadran noir, grands chiffres, indications claires…), avec une lunette tournante. L’horloger suisse se met au travail avec le militaire français. Ensemble, ils conçoivent une (grande) montre de 41 mm à la couronne verrouillée, au fond vissé, protégée des champs magnétiques par une cage intérieure et dotée d’un mouvement automatique : en 1953, la Blancpain Fitfty Fathoms (pour 50 brasses) est née, et d’ailleurs un an avant une autre montre de légende, la Rolex Submariner. Adoptée par l’équipe du commandant Cousteau, la montre est à l’écran dès 1956, dans « Le monde du silence ». Cette forte identité – et ses prouesses techniques – feront bien de la Fifty Fanthoms une montre iconique, toujours vendue aujourd’hui et forte de 73 références. Le modèle de Blancpain précède donc, de peu, la Rolex Submariner. Mais à l’époque, la Maison genevoise est déjà connue comme une experte des milieux marins, ayant équipé la nageuse Mercedes Gleize de son Oyster Perpetual lors de sa traversée de la Manche à la nage. Les deux premiers modèles de la Submariner (6204 et 6205) sont eux étanches à 100 mètres, un record. Sa lunette tournante graduée permet en outre de mesurer le temps passé sous l’eau et la durée des paliers nécessaire à la sécurité des plongeurs. Elle sera rendue encore plus populaire quand Sean Connery portera la version 6538, datée de 1959, dans « James Bond 007 contre Dr No ». Avec là encore une anecdote, ce n’est pas Rolex qui a fourni la montre à l’acteur mais le producteur du film qui a prêté sa montre personnelle.

Des montres qui repoussent les limites


Les grandes profondeurs ont inspiré aux meilleurs des maîtres horlogers des montres iconiques. L’Omega Seamaster en est une autre, première montre étanche à 1000 mètres dans sa version lancée au début des années 1970, adoptée par le commandant Cousteau et James Bond, encore lui, à partir de 1995. Ces exemples – il y en a beaucoup d’autres – témoignent que les montres de légende comme les aventuriers qui les portent sur unité par un même objectif, celui de repousser les limites. Ainsi des montres portées par les conquérants de l’espace se hissent-elles naturellement dans cette catégorie. L’Omega Speedmaster, la « montre qui a marché sur la lune », est peut-être la plus célèbre, mais elle a été précédée par la Breitling Navitimer, portée en 1962 par Scott Carpenter lorsqu’il a tourné trois fois en orbite autour de la terre. Est-ce à dire qu’une montre iconique est forcément liée à un exploit sportif ou technologique ? A vrai dire non. Des montres de villes particulièrement élégantes ont-elles aussi écrit l’histoire de l’horlogerie. Trois modèles, au moins, sont là pour en témoigner : la montre Calatrava de Patek Philippe, la Cartier Tank et la Jaeger-LeCoultre Reverso. Et ce bien que l’histoire de cette dernière soit liée au sport, puisqu’il fut demandé à la Maison suisse d’imaginer une montre dont le verre serait protégé lors de match de polo. Jaeger-LeCoultre conçut ainsi un boîtier intérieur capable de pivoter. C’était en 1931.