flag FR – €
Bijoux Messika

Bijoux Messika

Voir les 22 bijoux messika
La marque créée par Valérie Messika en 2005 vient dépoussiérer les codes de la joaillerie autour de la pierre éternelle, le diamant. Il en ressort des bijoux audacieux, qui épousent les courbes de la femme et affirment son style, l’accompagnent dans ses mouvements. Maison résolument moderne, Messika séduit les stars, de Beyoncé à Kate Moss.
Voir les 22 bijoux messika

Diamant de peau

Le diamant comme un tatouage : Messika est en recherche permanente d’innovations techniques pour « faire disparaître les entraves entre le diamant et la peau ». Les créations misent en permanence sur la fluidité des formes et sur le mouvement des courbes. Dans les ateliers Messika, les pièces sont conçus par des artisans virtuoses, joailliers, sertisseurs et polisseurs. 
Diamant de peau

Variations chromatiques

Rose enivrant, jaune incendiaire, bleu jeans ou cognac, Messika joue avec les miracles de la nature, les variations chromatiques des diamants dans ses collections de haute joaillerie. Il en ressort des pièces exceptionnelles comme le collier Toi et Moi et ses deux diamants cognac taille poire, délicatement suspendus au bout de deux fils de diamants. 
Variations chromatiques

Trier par nouveauté

Trier

MESSIKA
22 résultats
AUTHENTICITÉ certifiée

AUTHENTICITÉ certifiée

Livraison sécurisée

Livraison sécurisée

Retrait en boutique

Retrait en boutique

alert
Vous ne trouvez pas l'offre idéale ?

A propos de Messika

Messika, le diamant de père en fille


Messika, ce n’est pas seulement le nom d’une marque, c’est aussi celui d’une histoire de famille et de transmission, de passion encore, pour le diamant. Messika est née en 2005. A cette époque, sa fondatrice trouve que « la joaillerie manque un peu de fantaisie ». Valérie Messika a le diamant dans la peau – elle considère d’ailleurs la pierre « un peu comme un tatouage ». Et ce depuis sa plus tendre enfance, puisque son père André est une figure incontournable du négoce international de diamants depuis le début des années 1970. « Je suis née pour voir le diamant de l’intérieur, explique aujourd’hui la joaillière. Mes yeux ont été entraînés à remarquer le plus petit détail, les plus subtiles nuances d’ombre, les traits de caractère les plus imperceptibles ». Dans le diamant, Valérie Messika taille le cœur de sa Maison de haute joaillerie, installée à Paris. Elle a tout juste 30 ans quand elle lance son entreprise, soucieuse d’apporter un regard différent. « Le diamant peut être autre chose qu’une pierre de fiançailles ».

Le diamant en mouvement, la joaillerie réinventée


A la passion du diamant, Valérie Messika ajoute l’audace de la création. Elle en fait un bijou de peau, féminin et sensuel, confortable et ergonomique. Elle célèbre la féminité et la liberté, mise sur des designs contemporains, invite les femmes à s’approprier les bijoux, à les interpréter à leur manière. Au magazine Forbes, Valérie Messika déclare : « Je tire beaucoup mon inspiration de la haute couture et des petites mains qui la façonnent. Une analogie pouvait être faite, avec un rythme plus contemporain, que j’ai essayé de retranscrire en joaillerie ». Moderniser l’allure du diamant, lui donner du mouvement, Messika passe de l’intention aux actes. Chaque pièce de la Maison, peut-on lire sur son site internet, est « pensée et conçue dans un souci de confort, accompagne les femmes dans leur liberté de mouvement. Messika crée des pièces singulières, loin des sentiers battus. La souplesse de leur dessin libère dynamisme et énergie ». Depuis 2011, la collection Move est la digne représentante de la vision de Valérie Messika. Au cœur des créations, trois diamants coulissent dans un rectangle, symbolisant l’amour d’hier, d’aujourd’hui et demain, et avant tout l’esprit moderne et audacieux de la marque. Bracelets, bagues, colliers ou boucles d’oreilles, Move devient la collection signature de la maison Messika, elle se décline aujourd’hui dans quelque 130 modèles.

Quand Messika séduit Beyoncé… et inversement


Il est parfois, pour ne pas dire souvent, des coups de pouce qui donnent des ailes à une marque. Pour la Maison Messika, cela se passe en 2014. Beyoncé et Jay-Z viennent tout juste d’enflammer le Stade de France, la pop-star américaine passe quelques jours à Paris. En portant le regard sur une vitrine de l’hôtel Royal Monceau, Beyoncé a le coup de foudre pour une bague double, où les anneaux pavés de diamants couvrent deux phalanges. Contactée, la Maison Messika lui offre le bijou, les photos de presse de la star portant la bague se multiplient, tournent sur les réseaux sociaux… L’histoire se répète en 2018, puisque sur le tournage du clip Apeshit au Musée du Louvre, Beyoncé est accompagné de son mari, de la Joconde et… d’un collier de haute joaillerie Messika. En 2020, Valérie Messika dessine la parure Diamond Equalizer, son jeu de baguettes et sa pierre de centre renversée, spécialement pour Beyoncé et plus spécifiquement encore pour son apparition au Super Bowl.

Une collection de haute joaillerie signée Kate Moss


De l’actrice Kristen Stewart à la chanteuse Rihanna, nombreuses sont en réalité les stars qui vont adopter les bijoux Messika, participant pleinement à l’envolée internationale de la marque parisienne. La Maison multiplie les ouvertures de magasins, de Barcelone à Miami, de Genève à Hong-Kong. L’esprit libre et un peu rock bouscule les codes de la joaillerie. Mais les femmes d’aujourd’hui ne s’y trompent pas. Valérie Messika, elle, compte bien « rendre hommage à toutes les beautés ». Pour cette raison, elle choisit trois égéries très différentes : la mannequin portoricaine Joan Smalls, l’actrice néerlandaise Sylvia Hoeks et la top-model britannique Kate Moss. Messika pousse encore plus loin la collaboration avec la « brindille ». Kate Moss et Valérie Messika signent de concert une collection inédite de haute joaillerie, créative et légère, qui fait « souffler un vent de bohême sur les bijoux de luxe ». Le diamant est évidemment au centre de toutes leurs attention, mais avec Kate Moss, Messika met également de la couleur dans ses créations. Malachite, nacre blanche et turquoise s’associent à des combinaisons d’ors inédites, viennent sublimer la pierre éternelle. La collection répond de fait à la vision Messika de la joaillerie et de la haute joaillerie : le bijou comme un moyen d’expression et d’affirmation.